Qu’en est-il actuellement de la situation des seniors sur le plan du logement ?

woonsituatie-van-ouderen

Les seniors souhaitent vivre le plus longtemps possible en toute indépendance, dans leur propre habitation : 74 % d’entre eux indiquent qu’ils ne tiennent absolument pas à déménager, tandis que 96 % sont (très) satisfaits de leur propre habitation.

Mais :

  • Les logements des personnes de plus de 60 ans ont en moyenne près de 46 ans et 27 % en ont plus de 50. Plus les habitants vieillissent, plus leur logement vieillit aussi. Une étude a révélé que les logements des seniors étaient souvent désespérément vétustes et mal isolés.

  • Étant donné que les personnes âgées sont moins mobiles, il convient de satisfaire à des exigences en matière d’accès aux logements pour qu’elles puissent continuer à vivre chez elles en toute indépendance. Moins de 10 % des seniors adaptent toutefois les infrastructures de base de leur habitation, comme aménager une chambre ou des équipements sanitaires au rez-de-chaussée. À peine la moitié des aînés souffrant d’un handicap physique grave adaptent leur logement à leur situation. Pourtant, tant les autorités flamandes que wallonnes octroient des subsides pour réaliser ces travaux.

  • La chute constitue le risque le plus évident présenté par un logement inadapté aux seniors. Mais pas moins de 28 à 35 % des personnes de plus de 65 ans et 32 à 42 % des personnes de plus de 75 ans en sont victimes au moins une fois par an chez elles. Et le risque augmente avec l’âge.

  • Si les seniors ne se sentent pas en sécurité et protégés chez eux, ils peuvent souffrir d’une grande anxiété. Cette situation peut entraîner une diminution de l’interaction sociale et de la mobilité, ce qui accroît le risque d’isolation et de dépression. Au bout du compte, leur qualité de vie s’en ressent également.